[vc_row type= »vc_default » el_id= »1550″][vc_column width= »3/4″][vc_text_separator title= »1550 LA FONDATION » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »2″ accent_color= »#973735″][vc_column_text]Désireux d’introduire en Angleterre les principes de la Réforme, le jeune roi Edouard VI et l’Eglise d’Angleterre firent appel aux théologiens d’Europe, dont Jean a Lasco, baron polonais et prédicateur. Celui-ci, prévoyant l’intensification des persécutions religieuses sur le continent, et soutenu par Jean Calvin, intervint auprès de la Cour et de l’archevêque de Canterbury, Cranmer, pour obtenir la fondation d’une église des réfugiés (‘strangers church’).

Le 24 juillet 1550, Edouard VI signa la charte octroyant la liberté de culte aux étrangers protestants de France, de Wallonie, des Pays-Bas, ainsi qu’à de petites communautés parlant l’italien et l’espagnol, plaçant à leur tête Jean a Lasco et leur accordant l’utilisation de la chapelle des Augustins dans la Cité de Londres.[/vc_column_text][vc_single_image image= »2781″ img_size= »full » add_caption= »yes » alignment= »center » onclick= »link_image »][vc_column_text]Les difficultés créées par l’usage de langues différentes obligèrent la communauté française à changer de lieu de culte au bout de quelques mois et elle s’établit dans une autre chapelle dans la City, celle de St. Antoine dans Threadneedle Street. Aujourd’hui l’église hollandaise occupe toujours le site originel de la chapelle St. Augustin.

Avec l’accession sur le trône de Marie Tudor, catholique, en 1553, l’église fut fermée et Jean a Lasco, comme les autres communautés réformées, trouva refuge sur le continent.

Après le décès de Mary I en 1558, sa sœur, la reine Elizabeth I, de confession protestante, nomma l’évêque de Londres surintendant de l’église, autorisant celle-ci à reprendre ses cultes en 1560. La discipline originelle de l’église lui fut donnée en 1561 par le pasteur Genévois Nicolas Des Gallars, spécialement dépêché à Londres par Calvin lui-même pour y organiser la jeune ‘Eglise des Etrangers’.[/vc_column_text][vc_row_inner el_id= »1562″][vc_column_inner][vc_text_separator title= »1562-1629 LES PREMIÈRES ANNÉES ET L’IMPACT DES GUERRES DE RELIGION  » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »2″ accent_color= »#973735″][vc_column_text]Le déclenchement des guerres de religion en France, avec le massacre de Vassy en 1562, provoqua un premier départ de réfugiés vers Londres et les villes de province où des églises françaises étaient établies, notamment à Canterbury, Norwich et Southampton. Ces églises avaient adopté le régime des églises réformées de France et étaient déjà structurées, se réunissant, de 1581 à 1660, en synodes.

Pour en savoir plus sur les guerres de religions qui ont agitées le 16e siècle, rendez-vous sur le site du musée virtuel du protestantisme [/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner el_id= »1642″][vc_column_inner][vc_text_separator title= »1669, APRÈS LE GRAND FEU DE LONDRES » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »2″ accent_color= »#973735″][vc_column_text]Pendant la guerre civile anglaise (1642-1649), la congrégation de Threadneedle street se déchire entre royalistes et partisans de Cromwell. Avec l’établissement de la République, le pasteur Louis Hérault, royaliste convaincu, dut abandonner son office au profit du pasteur Louis de la Marche. Avec le rétablissement de la royauté en 1660, Louis Hérault est rappelé comme pasteur et la communauté commandite des armes royales, qui, à ce jour ornent les murs de la bibliothèque du temple, pour afficher sa loyauté à la couronne anglaise.[/vc_column_text][vc_single_image image= »2792″ img_size= »full » add_caption= »yes » alignment= »center » onclick= »link_image »][vc_text_separator title= »1680-1715, LE GRAND REFUGE » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »2″ accent_color= »#973735″][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner el_id= »1680″][vc_column_inner width= »2/3″][vc_column_text]A partir de 1661, le démantèlement de l’édit de Nantes par Louis XIV et la multiplication des mesures discriminatoires, comme la destruction de temples, l’interdiction d’exercer les professions d’avocat, médecins, imprimeurs… et les dragonnades  se traduisent par un exode renouvelé des protestants, le Grand Refuge.

Celui-ci s’accentuera encore avec révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV en 1685.

On estime que sur les 200.000 à 250.000 huguenots qui fuirent France, environ 40.000 à 50.000 se dirigèrent vers l’Angleterre.

A la suite de la Déclaration d’Indulgence du roi James I en 1687, de nombreuses églises françaises sont fondées pour faire face à cet afflux massif. Les archives de l’église conservent certaines des chartes royales autorisant la construction de nouveaux temples.[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/3″][vc_single_image image= »2160″ img_size= »full » add_caption= »yes » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_single_image image= »2161″ img_size= »full » add_caption= »yes » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]On comptait au total une vingtaine d’églises en province, et une trentaine dans Londres et sa banlieue. Les églises de la capitale se situaient principalement dans deux quartiers : à Spitalfields à l’est avec sa concentration de tisserands, mais également vers Soho, où se trouvent principalement les professions d’artisanat d’art comme les orfèvres, l’horlogerie, la bijouterie, les ébénistes mais aussi les imprimeurs.

A Soho, les réfugiés protestants occupent des maisons vides d’un projet immobilier qui avait fait faillite (projet Frith).

Les deux églises principales étaient celle de Threadneedle Street, suivant les usages des églises réformées du continent, et la Savoy church, fondée sous Charles II, qui se conformait à la liturgie de l’Eglise d’Angleterre en langue française.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]L´église de Threadneedle Street était considérée comme l´église-mère, vers laquelle les églises se tournaient pour régler les questions spirituelles, matérielles ou de discipline auxquelles elles étaient confrontées. Parmi les pasteurs célèbres de cette époque, on peut notamment Jacques Saurin, pasteur a Threadneedle Street (1701-1706).

Les réfugiés qui arrivaient en Angleterre devaient commencer par se faire reconnaître auprès d´une église, en produisant des « témoignages » fournis par leur église d´origine, attestant de l´authenticité de leur adhésion à la Réforme. Un système de jetons en bois ou métal, les « méreaux » eut même cours à une époque pour déjouer les espions catholiques.

Malgré des mouvements de protestations, en 1675, 1681 et 1683, contre l’arrivée massive de tisserands dans l’est de Londres, les réfugiés huguenots étaient en général bien accueillis par les autorités. Des collectes furent même organisées pour leur porter secours. Afin de porter secours aux pauvres réfugiés, l’église de Threadneedle street créa sa propre organisation caritative en 1718, le French Hospital, La Providence, à Clerkenwell.[/vc_column_text][vc_single_image image= »2794″ img_size= »full » add_caption= »yes » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner el_id= »1713″][vc_column_inner][vc_text_separator title= »1713, LE DÉBUT DE L’ASSIMILATION  » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »2″ accent_color= »#973735″][vc_column_text]Les huguenots étaient en général hautement qualifiés et arrivaient avec un métier ou une profession qui facilita leur assimilation. Ils contribuèrent de façon significative à la société anglaise dans les domaines de l’orfèvrerie, du textile, de l’horlogerie, de l’ébénisterie ou de l’imprimerie, mais pas seulement. Les noms de John Houblon, premier gouverneur de la Banque d’Angleterre, de Romilly, chantre de la réforme de la Criminal Law, de Minet dans les assurances… illustrent l’intégration de cette communauté.

La loi de 1753 (Marriage Act) obligeant tout mariage à être célébré dans une église de rite anglican contribua également pour beaucoup à ce mouvement d’assimilation.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_text_separator title= »1893, SOHO SQUARE » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »2″ accent_color= »#973735″][vc_row_inner el_id= »1893″][vc_column_inner width= »1/2″][vc_single_image image= »2163″ img_size= »full » add_caption= »yes » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]La congrégation protestante française resta dans l’église de St Martin le Grand de 1842 à 1887. L’église fut détruite dans le cadre des travaux d’agrandissement du General Post Office.

A la fin du 19e siècle, Soho était le quartier londonien ayant la plus grande concentration française et s’imposa donc comme le lieu naturel de construction d’une nouvelle église. Les 26 000 livres d’indemnité d’expropriation permirent l’achat du site et la construction de le temple actuel où le premier service fut célébré le 25 mars 1893.

La présence française était suffisamment importante dans le quartier pour que le pasteur de l’époque Léon Degrémont préside régulièrement des cultes en plein air le dimanche soir.

L’église fit également construire une école française à quelques pas de Soho Square, à Noël street, offrant un enseignement en anglais et en français aux enfants de l’église et du quartier (cette école ferma après la seconde guerre mondiale).[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner el_id= »1940″][vc_column_inner][vc_text_separator title= »1940-1945, L’ESPRIT DE RÉSISTANCE  » title_align= »separator_align_left » color= »custom » border_width= »2″ accent_color= »#973735″][vc_column_text]Découvrez comment l’église protestante française de Soho Square est devenue l’un des centres de la France Libre pendant la seconde guerre mondiale ![/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width= »1/4″ css= ».vc_custom_1497356426752{margin-top: 0px !important;padding-top: 0px !important;} »][vc_widget_sidebar show_bg= »false » sidebar_id= »sidebar_9″][vc_column_text css= ».vc_custom_1497357483974{background-color: #3c4a52 !important;border-radius: 5px !important;} »]

Liens utiles

[/vc_column_text]

[/vc_column][/vc_row]